Hier je vous parlais des 3 techniques indispensables pour lever un dancefloor où j’y expliquais comment structurer la soirée, tirer profit des playlists jokers & must-play et utiliser les supersets. Mais, pour que la soirée réussisse à merveille, vous devez être certain de mixer pour le bon public !

Cela peut paraitre anodin et pourtant ! Vous verrez ci-dessous les 2 audiences qui s’opposent totalement. Leurs réactions sont complètement différentes et la soirée ne doit pas être construite de la même manière

Le public néophyte

Voici le public le plus courant, il s’agit de monsieur et madame tout le monde. La majorité de notre belle civilisation sort pour boire des verres, voir les copains et draguer.

Dans le contexte d’un club, le DJ est mis en avant. Mais les gens viennent pour une ambiance « chaleureuse » et pas pour le nom de l’artiste.

Ce public est capricieux, il veut qu’on lui joue tous les sons qu’il connait. Il aime entendre les classiques comme « meet her at the love parade » de Da Hool ou « Satisfaction » de Benny Benassi. Il exige aussi les titres actuels qui passent en radio.

Dans une soirée standard, vous ne pourrez pas lui faire découvrir un morceau. Ce public ne veut pas de la qualité, il veut du connu. Sa me rappelle à l’époque où Pakito – Living On Video venait de sortir. Il n’était pas encore en radio. J’ai vidé le dancefloor avec ce titre. 2 mois après, dans le même club, les mêmes clients qui avaient fuit, venait me le réclamer.

Je tiens quand même à préciser que les choses changent dans les pays occidentaux depuis l’arrivé du Dubstep Electro et de la Complextro. Le public néophyte c’est habitué aux sonorités plus électroniques et tolère beaucoup mieux les sons plus pointus. Néanmoins, il VEUT ses titres commerciaux avant tout.

…et le mixe

Dans ce cas de figure, les mixes les plus efficaces sont les plus courts. Evitez les long mixes intro/outro. Ils veulent être surpris. D’ailleurs, ils ont tendance à s’ennuyer très vite. Une track de plus de 2mn30 devient presque un calvaire. Exception aux 5 gros titres du moment qu’il faudra laisser tourner en entier.

J’ai remarqué que la foule est plus réceptive lorsque l’on marque des changements radicaux. Sans être excessif non plus, mais suffisamment pour éviter qu’ils ne s’ennuient trop.

Enfin, ils veulent un show. Il faut leur offrir du spectacle. Même si les mixes capotent quelque peu, ce n’est pas dramatique.

…et le clubbing

On peut se demander pourquoi ce public vient en club. Et effectivement, le clubbing à la base ne leur était pas destiné. Le vrai clubbing c’est de la techno / house. On y va pour découvrir de la musique et des artistes régionaux.

Mais avec la médiatisation et surtout le gros business juteux que représente ce genre d’événement, il était impossible que cela prenne une autre tournure.

« L’idée fondamentale du clubbing, c’est un DJ jouant une suite spécifique de disques face à un public ciblé » -les Swing Jugend berlinois et les Zazous parisiens : organisateurs des premières soirées « clubbing »

Le public audiophile ciblé

Comme ils le disent si bien, les Swing Jugend berlinois et les Zazous parisiens : la musique clubbing est ciblée. C’est à dire que les auditeurs se déplaçant aux soirées, viennent pour un DJ et un style de musique en particulier.

Seulement voilà, le public cible est beaucoup plus petit que le public néophyte. Quand j’étais sur la scène allstyle, je me produisais chaque weekend devant 1’000 à 3’000 personnes. Depuis que je joue progressive / dirty, je me retrouve en face de 200 à 1’000 personne bien moins souvent.

Mais ne vous y trompez pas, ces 200 personnes dégagent l’énergie de 3’000 sur la scène allstyle. D’ailleurs, lorsque je joue dans les petites salles des clubs, je me retrouve souvent avec une ambiance 10 fois plus élevée que sur le mainfloor : c’est mon public qui est meilleur pas moi.

Ce qui est vraiment agréable avec un public averti, c’est qu’il vient pour vous. Donc, vous passez exactement les tracks que vous voulez. Ils veulent entendre du « VOUS ». Ils veulent entendre vos dernières trouvailles et sa tombe bien car c’est exactement ce que vous êtes venu jouer ! Voilà le vrai kiff d’un DJ !

…et le mixe

Cette audience veut du mixe de qualité. Vous pouvez faire quelques passages plus courts. Mais, vous devez offrir avant tout un set DJ cohérent. Vous n’avez pas le droit de sauter du coq à l’âne comme dans un public allstyle.

Travaillez vos mixes proprement. Évitez les cuts (changement instantané au cross-fader).

Comment savoir pour quel public vous mixez ?

Je pense que la plupart d’entre-vous arrivent à faire cette différence maintenant. Mais si ce n’est pas le cas, demandez-vous simplement ceci :

Est-ce que c’est moi ou le DJ star qui définit le style musical de la soirée ou le thème ? Si c’est vous ou la guest, alors les gens viendront pour la musique… si c’est le thème et bah… c’est une soirée allstyle.

Petite chose encore pour les soirées avec les DJs guests : plus le DJ star s’approche d’un style commercial et plus vous aurez une audience néophyte.

Exemples de soirées néophytes :

  • Remady
  • Skrillex
  • Avicii
  • David Guetta
  • Nicky Romero
  • Jay Style

Exemples de soirées audiophiles :

  • Cyberpunkers
  • Far Too Loud
  • Deadmau5
  • Umek
  • Koen Groeneveld
  • Phunk Investigation

Le mot de la fin

Mixer du mainstream (Dance music accessible comme les DJs cités dans la première liste ci-dessus), vous ouvrira plus facilement les portes des gros floors. L’inconvénient c’est que vous n’aurez pas votre identité et pas la bonne audience. Cependant, si vous voulez gagner de très gros cachets, c’est certainement la voie à suivre.

Sachez juste une chose : si vous n’aimez pas ça… vous n’y arriverez pas. L’important n’est pas de chercher la voie la plus simple et la mieux rémunérée. Ce qui compte réellement c’est de trouver VOTRE voie. Celle qui vous fait vibrer au plus profond de vous.

Au final, vous y arriverez beaucoup mieux en mixant ce que vous aimez réellement car vous serez prêt à vous défoncer pour y arriver.

Plein de succès,

Damian Rocks


ABONNE-TOI A MA CHAINE YOUTUBE (je publie plusieurs fois par semaine)
SUIS-MOI SUR FACEBOOK (et pose tes questions)