Alerte : soirée en périle

De nos jours, acquérir les bases du DJing est devenu plus facile que jamais. Avec un minimum de matériel et une 20aines d’heures d’entrainement, n’importe qui s’auto-proclame roi des platines.

Si la partie technique est maitrisée plus rapidement à l’aide des technologies comme l’Auto-Sync, il n’existe à ce jour aucune invention qui sache  indiquer comment programmer musicalement une soirée.

Une soirée se divise en 3 parties, la première étant l’accueil et l’introduction du DJ de la soirée (résident ou star). C’est cette première partie que l’on nomme en anglais « warmup ». (pour plus d’informations sur les 3 parties, visionnez la formation : DANCEFLOOR’S RULES)

Le warmup est probablement la partie la plus importante et la plus difficile d’une soirée. Aussi, elle est paradoxalement la moins intéressante et par conséquent attribuée aux novices. Si vous intégrez un club, vos premières dates seront certainement des introductions avant un DJ résident d’une plus ou moins grosse soirée.

Mais ne mettons pas toute la faute sur les pauvre petits newcomers qui débarquent en club et plantent les introductions. Je constate aujourd’hui (avec effroi) qu’un bon nombre de DJs expérimentés commettent certaines voir toutes les erreurs ci-dessous.

1. Ne pas avoir de playlist

Si je suis totalement contre un set préparé chronologiquement à 100%, il est, selon moi, indispensable d’avoir une collection triée et préparée pour toutes les occasions. Le DJ qui se pointe en club, sans avoir une catégorie « warmup » est simplement stupide.

Vous devez savoir où aller chercher votre musique pour être plus rapide et plus efficace. Commencez par écouter vos sons, confortablement installé sur votre chaise, et triez-les.  Pour avoir un tri efficace :

ajoutez un « w » dans le tag genre de vos MP3 devant le style. Par exemple, si un son electro-house semble adéquat pour un warmup, taguez le champ « genre » par : « wHouse-Electro ». De cette manière, vous aurez une séparation dans vos styles musicaux. C’est redoutable d’efficacité.

2. Etre trop pressé

Une autre erreur courante, c’est de vouloir faire danser les gens à tout prix 15 minutes après l’ouverture du club. Come down les gars. Sachez prendre votre temps. Comparez le warmup aux préliminaires : mieux vaux être un peu en retard que trop avance.

Vous ne devez jamais forcer la main au public. Vous devez être une force de proposition : intéressez-les, intriguez-les et ne leur en donnez pas trop avant qu’ils le méritent. (plus d’infos dans la prochaine formation : DANCEFLOOR’S RULES)

Tentez d’analyser l’énergie de la salle et calquez-vous juste en dessus avec vos sons. Tabassez sur un floor vide n’amènera que de la frustration.

3. Jouer des hits

Cela rejoint le point 2. Cette erreur est assez commune chez les jeunes DJs. Ils veulent en mettre plein la vue et se dépêchent de sortir leurs plus gros sons.

Sachez que lancer des gros titres à froid, ne fera que ramollir l’ambiance. Vous devez créer du suspens, faire monter la température avant de sortir vos jokers.

4. Oublier de sonder le public

Le warmup sert principalement à 2 choses. La première étant d’accueillir agréablement les gens et la deuxième de sonder leurs goûts musicaux.

Le second point est crucial. Vous devez tester différents styles, différentes façons de mixer et observer à quel moment les gens sont le plus réactif. Par réactif j’entends : dans le rythme et de bonne humeur. Vous devez apprendre à ressentir la vibe. En début de soirée, les gens ne dansent pas. mais il est facile, avec un minimum d’entrainement, de ressentir si la salle est de bonne humeur ou non et si elle apprécie le son.

Rendez votre warmup agréable à l’écoute. C’est une mise en condition. Les gens commencent à apprécier le son alors même qu’ils prennent leur repère et commande leur boisson. Si le travail est bien fait, les gens seront réceptifs et prêt à bondir lors du lancement de la soirée.

5. Voler la vedette

Il s’agit d’une autre erreur courante des débutants et même de certains DJs au caractère narcissique. Si le DJ de la soirée doit faire le show, prendre le micro et crier : « Paris, are you ready ?! », le DJ d’introduction lui doit faire profil bas. C’est le mec qui travaille dans l’ombre pour la soirée. Il est là mais ne doit pas imposer sa présence.

Si vous mixez en warmup, c’est pour préparer le terrain du DJ de la soirée. Rien d’autre ! Donc oubliez les hits, les sons qui tapent trop, une gestuelle trop énergique ou autre manipulation pour ramener le « focus » sur vous.

Concernant le micro, il est possible de vous en servir (recommandé avec modération) pour accueillir les gens avec quelques phrases sur un ton neutre (j’insiste sur le ton neutre). Par exemple, « Bonsoir Paris, ce soir je vous sens bien… ça promet d’être show ! » ou avec un peu d’humour : « attachez vos ceintures, ce soir ça va secouer ». N’essayez surtout pas de faire interagir le public avec des phrases du style : « Est-ce que ça va ce soir?!!! ». Car pour faire réagir, il faut mettre beaucoup d’énergie dans votre voix et il faut qu’il y en ai un minimum dans la salle. Si personne ne répond, sa fait chuter l’ambiance d’un cran, votre crédibilité avec.

6. Jouer trop fort

Enfin, un point non négligeable. Le DJ qui encore une fois, cherche à forcer les gens. Celui-ci augmentera le volume trop tôt. Il est impératif de laisser de la marge pour le lancement de la soirée.

Si vous jouez trop fort, les gens sentiront que vous leur forcez la main. Personne n’aime se sentir forcé.

Le mot de la fin

En conclusion, on retrouve dans presque chaque erreur un point en commun : vouloir forcer la main. Guidez votre dancefloor, mais ne le maltraitez pas. Prenez-le par la main et faite le voyager sans lui imposer une destination. Faites preuve de patience.

Les gens jugent le DJ : s’ils sentent que vous essayez de les forcer, ils se fermeront et vous perdrez de la valeur à leurs yeux. Moins un DJ a de valeur, moins il a d’impact sur les autres. L’inverse est aussi vrai. Tentez de comprendre la vibe et dirigez-là étape par étape. Laissez venir les gens vers vous puis faites les entrer dans votre jeu.

Pour mieux comprendre tous ces concepts, visionnez la formation DANCEFLOOR’S RULES.

Plein de succès,

Damian Rocks


ABONNE-TOI A MA CHAINE YOUTUBE (je publie plusieurs fois par semaine)
SUIS-MOI SUR FACEBOOK (et pose tes questions)