Introduction

Mardi passé, je vous ai parlé du deuxième outil de persuasion : l’engagement et la cohérence. Si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille de commencer par là : 6 outils redoutables pour convaincre facilement (Technique 2 : Engagement & Cohérence).

Note : si vous êtes intéressé par le sujet, je vous conseille vivement l’excellent livre dont je m’inspire : Influence & Manipulation de Robert Cialdini. Celui-ci détaille les principaux leviers de persuasion.

Votre problème…

Comme la plupart des artistes, votre principal problème c’est probablement votre manque de notoriété. Quand d’autres artistes 100x moins talentueux que vous gravissent les échelons, vous restez là à les contempler en vous demandant : « Pourquoi lui il y arrive et pas moi ? ».

Peut-être dans d’autres cas, devez-vous promouvoir votre prochain événement en club ou plus dur encore, organiser votre propre soirée ? Votre dilemme : vous devez créer le buzz afin d’attirer un maximum de monde.

Puis, lors de la soirée : vous devrez remplir le dancefloor et faire danser vos auditeurs. Quel DJ ne connaît pas le fameux dancefloor vide ? Votre public inlassablement accoudé au bar à « attendre » que ça commence. Et si ça ne « commence » jamais… les gens vont probablement s’en aller en faisant une mauvaise publicité de la soirée.

Le problème de ce genre de comportement, c’est qu’il est contagieux comme la grippe saisonnière. 5 personnes contaminées et c’est les 3/4 de la population qui attrapera le virus. Et dans votre cas, ce virus c’est « la mauvaise pub » et une soirée ratée.

Vous ne comprenez pas le rapport entre tous ces problèmes ? Et bien, lisez la suite !

Vous avez essayé…

Alors que vous tentez désespérément de percer, vous vous remettez en question : « Suis-je assez doué ? Qu’est ce que untel a de plus que moi ? Pourquoi est-ce que cela ne marche pas ? etc. »

Pourtant vous vous donnez tant de mal pour réussir. Vous avez déjà contacté un nombre incalculable de labels, de promoteurs, d’agents et d’organisateurs sans grand succès (peut-être avec un peu de chance ça a marché pour vous… Mais c’est plutôt rare).

Continuez à insister. Ne vous découragez pas. Mais, ne remettez pas la faute de votre échec sur votre  » hypothétique incompétence« .

De même pour votre dancefloor vide, ne vous sous-estimez pas ! Il y a peut-être une raison tout autre. Nous allons voir pourquoi et comment la désamorcer !

La bonne solution…

Nous sommes des êtres sociaux. Par conséquent, nous agissons en fonction des autres. Afin de garantir tranquillité et sécurité, nous utilisons un réflexe : l’imitation.

En d’autres termes, quand vous ne savez pas quoi faire ou penser, vous regardez instinctivement autour de vous afin de vous conformer à l’opinion de masse. Ne tentez pas de lutter contre cette affirmation. Dans beaucoup de cas, elle est votre meilleure solution.

On appelle ce phénomène : la preuve sociale.

Il y a des milliers d’exemples (et d’études) pour illustrer ces propos.

L’effet boule de neige

Regardez cette vidéo en entier (ça risque de vous surprendre) :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=nSYUueIFMZE[/youtube]

La vidéo démarre bêtement avec un type un peu « louche » qui danse tout seul sur une pelouse. Puis, arrive une deuxième et troisième personne. Enfin, vers 1 minute 15, un groupe de 2 personnes se joint aux danseurs.

S’en suit une vague entière venant rejoindre les rangs jusqu’à ce qu’une majorité danse.

Concrètement, que s’est-il passé ? Une bande d’adolescents sous ecstasy ? Absolument pas !

Ce cas illustre parfaitement la preuve sociale. Remarquez au début, le danseur est ridicule, « seul au monde« . Puis arrivent d’autres danseurs. Vers 1 minute 15, la tendance s’inverse : tous ceux qui ne font pas partie du mouvement font partie des « marginaux ».

Résultat : Il devient plus facile de rejoindre le groupe que de rester assis.

Voyons comment appliquer cet effet de masse à votre dancefloor, puis à votre carrière. Okay ?

Mais juste avant, encore une petite vidéo pour vous montrer comment fonctionne la célébrité (parce qu’on adore ça) :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=XYU1a0lTTTw[/youtube]

C’est en anglais, mais vous comprendrez facilement ce qui se passe. Tout le monde pense qu’il est célèbre, alors forcément il l’est (dans l’esprit des gens) ! En réalité, il a monté cette scène de toute pièce.

En appliquant ce principe, vous pouvez vous faire engager partout (malhonnête ? Oui et non… Si tout le monde pense que vous êtes célèbre, vous le deviendrez !). Comment le dit l’expression anglaise : « Fake It Till You Make It ! » (faites semblant jusqu’à le devenir)

Le mode d’emploi :

Découvrez 3 systèmes clef en main pour appliquer la preuve sociale aux problèmes suivants (100% gratuit) :

  1. Promouvoir votre soirée
  2. Remplir votre dancefloor
  3. Décupler votre notoriété (fake it till you make it)
[xyz-ihs snippet= »telecharger »]

Le mot de la fin…

Dans votre cas (et dans le mien) la preuve sociale est l’outil de persuasion le plus important (et le plus dur) à maîtriser.

Votre preuve sociale à vos débuts n’existe pas. Vous devez la travailler. Dans un premier temps, vous pouvez la gonfler artificiellement afin de provoquer un effet boule de neige (fake it till you make it).

Dès que la preuve sociale sera réelle, alors vous n’aurez plus besoin de faire semblant. Vous aurez réussi.

Ne culpabilisez pas de faire comme ceci. C’est comme ça que font tous les artistes célèbres. Si ce monde « superficiel » ne vous convient pas, alors ne vous lancez pas dans une carrière artiste de haut niveau et restez dans votre région.

Mardi prochain, nous aborderons la 4e technique qui pourra faire de vous quelqu’un de socialement très agréable et persuasif : la sympathie. Ne vous fiez pas à la simplicité apparente du concept.

Vous comprendrez exactement pourquoi certaines personnes vous paraissent plus sympathiques que d’autres avant même qu’elles n’aient ouvert la bouche et comment tirer avantage de ces connaissances.

Plein de succès,

Damian Rocks


ABONNE-TOI A MA CHAINE YOUTUBE (je publie plusieurs fois par semaine)
SUIS-MOI SUR FACEBOOK (et pose tes questions)