DJ centre-du-monde ?

J’en vois beaucoup mixer en soirée aux côtés d’autres DJs plus ou moins réputés. La plupart d’entre eux ne font preuve d’absolument aucune collaboration. Ils arrivent et jouent leur set car on les a booké pour leur musique, rien d’autre. Si vous êtes dans ce cas alors vous êtes un très mauvais DJ. Pourquoi ? …

A moins d’être le DJ star de la soirée, vous avez 2 jobs : premièrement, assurer une cohérence de la soirée et deuxièmement, donner toute la marge de manoeuvre nécessaire au DJ star de la soirée.

Vous n’êtes pas là pour faire le show. Vous devez assurer la bonne marche de l’événement. En tant que DJ résident ou freelance, c’est votre job. Le jour où vous remplirez un club de 3000 personnes, à ce moment le show sera le votre… pour votre public. Je parlerai de la notoriété dans un prochain billet.

Voyons ce qu’il est nécessaire de faire pour vous assurer une bonne prestation (dans l’espoir de décrocher d’autres dates dans ce lieu) :

Préparation de la soirée

Les horaires de passage

Ne faites rien d’autre avant d’avoir cette information. Demandez au responsable le line up avec les horaires de chaque artiste. Vous devez connaitre l’heure de passage de tout le monde. Cela vous permettra de situer dans le temps la prestation de chaque DJ pour mieux préparer votre set.

Que jouent les autres DJs ?

Allez écouter sur Youtube les prestations des DJs star. Si vous devez jouez avec Joachim Garraud et que vous ne connaissez pas son style. Recherchez sur Youtube : Joachim Garraud Live. Essayez de trouver une vidéo d’un live le plus récent possible. Il faut une vidéo avec le son original de la salle, pas une bande son retravaillée par dessus, cela va de soi. Vous pouvez également recherchez leurs derniers mixes lives sur soundcloud et mixcloud.

S’il y a d’autres DJs résident ou freelance à la soirée, veillez à connaitre leur style de musique pour estimer ce qu’ils vont jouer et à quelle heure (d’où l’importance des horaires du line up). Si vous n’avez aucune information sur eux, c’est un bon prétexte pour les contacter et vous en faire un ami. De cette façon vous pourrez vous organiser.

Ne croyez pas avoir assez d’expérience pour échapper à l’organisation entre DJ. Pour exemple, ce samedi je mixe avec les Urban Knights et Far Too Loud. Sachez, qu’ils ont pris contact pour s’organiser car nous avons des styles musicaux relativement différents et il a fallu discuter d’une stratégie pour faire fonctionner l’entier de la soirée et non juste notre propre set. Pourtant, nous sommes tous des DJs avec plus de 10 ans d’expérience.

Préparez votre playlist

En premier lieu, je vous déconseille de préparer un set figé de 15 tracks. Voici la bonne méthode :

  1. Commencez par trier 50 tracks par heure de set. Exemple : si vous jouez 2h, prévoyez 100 tracks.
  2. Pour sélectionner vos sons, vous devez vous baser sur 2 critères : 1. A quel heure vous jouez. 2. le style de la soirée (qui dépend du DJ star). Exemple : si vous jouez le warmup avant Joachim Garraud. 45mn de disco-house et 45mn de progressive house semble être un choix judicieux. La house introduira la soirée avec douceur sur un rythme très dansant tant dis que la progressive rejoindra l’esprit Joachim Garraud. Cependant, si autre DJ doit jouer entre vous et Joachim, demandez-vous ce que celui-ci joue habituellement (d’où l’importance de connaitre les artistes dans le line up). S’il joue uniquement de la disco-house et que vous joueriez de la progressive-house reviendrait à lui couper l’herbe sous les pieds : car la progressive-house est plus énergique que la disco-house. (si vous êtes un DJ avec un style plus énergique que le DJ suivant, alors le programmateur a fait une erreur).
  3. Ne sélectionnez pas que des bangers et autres tueries. Vous devez faire vivre votre set en faisant des vagues d’énergies (voir la formation DANCEFLOOR’S RULES pour le concept de progression par vague)
  4. Une fois votre playlist établie, préparez 2 intros (voir chapitre « reprise après la star »). Ces 2 intros sont des enchainements originaux de 2 ou 3 tracks parfaitement maitrisés. (un article est prévu sur la création d’une intro en détail)
  5. Ayez entre 1 et 3 supersets sous la main. J’appelle ça des supersets mais la technique existe depuis longtemps. Elle consiste à préparer des passages de 3 à 5 morceaux à l’avance. De cette manière, vous la travaillez et l’améliorez jusqu’à obtenir quelque chose d’hyper efficace en terme d’énergie. (plus d’info dans la formation DANCEFLOOR’S RULES)

Avec une préparation de la sorte, vous n’êtes pas esclave de votre playlist et pouvez toujours changer de direction si cela ne devait pas se passer comme prévu (et cela se passe rarement comme prévu).

En soirée, prenez avec vous l’entier de votre collection musicale. De cette façon, si votre sélection n’est pas parfaite où s’il manque selon vous une track ou deux pour créer l’atmosphère idéale, vous pourrez piochez dans votre réserve.

Pendant la soirée

Avant votre set

Il y a quelques règles fondamentales à observer lorsque l’on prend les platines d’un endroit public. Certains sont des principes de courtoisies mais il ne fera pas de mal de le répéter.

  1. le premier principe : si vous avez du matériel à brancher, faites le avant le début de la soirée en présence du technicien. Procédez ainsi pour 3 raisons : la première, le technicien doit s’assurer du bon fonctionnement du matériel son pour la prestation de l’artiste. La deuxième, s’installer en soirée peut être très stressant et matière à confusion dans la nuit (débrancher la mauvaise platine en plein set). 3. pour éviter d’e******der le DJ en fin de set (rien de pire pour vous faire un ennemi)
  2. le second principe : ne restez pas 10 minutes avant votre set planté derrière l’autre DJ. Premièrement, sa énerve. Sa donne l’impression de : « dépêche toi c’est a moi, ça va pouvoir enfin tabasser maintenant ». Deuxièmement, pensez en terme de prestation. Le public voit l’artiste, il ne doit voir que l’artiste. Venez 5 minutes avant et restez dans le coin. Faites signe à l’artiste que vous êtes là sans entrez sur scène. Celui-ci vous invite à monter et là seulement vous viendrez préparer votre set en restant discret vis à vis du public.
  3. le troisième principe : remerciez le DJ pour sa prestation. Si vous avez appréciez, dites-lui. Sinon dites simplement merci. Echangez quelques mots (un excellent moment pour proposer de boire un verre et prendre ainsi contact. Vous aurez rarement un refus à ce moment là pour certaines raisons psychologiques. J’y reviendrai ultérieurement)
  4. le quatrième et dernier principe : laissez mourir la dernière track du DJ. Enchainez avec votre musique en coupant son morceau en plein milieu (j’en vois qui font carrément un brake ! stooop) est le summum de l’arrogance et de l’impolitesse dans ce milieu. Vous sous-communiquez au mec avant vous : « je me dépêche de couper ta daube pour mettre de la vraie musique ». Si l’artiste vous dit : « tu peux y aller, pas besoin d’attendre la fin » répondez-lui : « pourquoi ? j’adore cette track » ou « cette track passe à merveille pourquoi la couper ? » et sans hypocrisie évidemment.

Warmup

Une ouverture de soirée ne se mixe pas de la même manière que le show central (appelé PeakTime en anglais). Accueillez les gens, et pensez simplement « groove ».

Amenez votre set vers le style du DJ qui va vous reprendre. N’abusez pas sur le volume et ne tapez pas plus fort que lui. Dans tous les cas, ne tentez pas d’attirer l’attention sur vous.

Reprise avant la star

Vous n’êtes pas en introduction de soirée mais vous passez tout de même avant la star. Vous êtes le DJ qui allez élever l’ambiance sans pour autant faire le show. Voilà les étapes clefs :

  1. Vous devez vous adapter au set précédent. Si le DJ était qualifié, il vous donnera un set avec un style proche du votre en ayant pris soin de redescendre en puissance avant de vous passer la main. Dans ce cas de figure, vous pouvez reprendre derrière lui sans trop d’effort. Veillez à monter l’énergie de votre set d’un cran par rapport au sien (pas trop non plus).
  2. Dans un autre cas de figure, le DJ avant vous n’a pas respecté le line up et votre style. Il vous laisse avec une fin de set qui tape beaucoup trop puissamment. La meilleure chose à faire et de marquer un silence. Puis, de reprendre avec votre style. Reprenez avec un break et une monté pour laisser le temps au public de se réadapter à votre style plus doux. Il est fort probable que les gens se motivent davantage avec votre musique car mieux adapté au moment (sauf si c’est vous qui êtes un DJ trop mou pour cette soirée. Exemple : vous êtes un DJ Deep-House à une soirée Drum&Bass… aille la programmation ! -> refusez ce genre de dates)
  3. Peu importe si le set d’avant est parfait ou catastrophique : vous devez faire comprendre aux gens qu’il y a un changement de DJ. Créez une cassure et relancez une petite intro pour faire contraste avec l’autre set. S’il joue des sons très rythmiques, jouez quelque chose de plus large. S’il ne joue que du connu, apportez une touche de fraicheur, etc. Cependant, veillez à ne pas être trop radical tout de même. Le changement doit être cohérent et apporter de la fraicheur au mix. (Il s’agit du principe de focus et d’intérêt, pour plus d’infos regardez la formation : DANCEFLOOR’S RULES)
  4. Si vous possédez les sons d’un des autres DJs de la soirée : NE LES JOUEZ SURTOUT PAS ! Vous pouvez éventuellement teasez les gens avec une fraction d’une vocale (avec modération). Par exemple, si vous jouez avant Benny Benassi : vous pouvez intégrer le mot : « satisfaction… » avec un effet echo. Mais pas plus !
  5. 10-15 minutes avant de redonner la main, pensez à faire redescendre l’intensité de votre mixe. Vous devez être fair-play et laisser de la marge de manoeuvre au DJ suivant. Le DJ qui arrive après vous doit jouer sur le contraste également : le niveau d’énergie est un contraste
  6. Ne tentez pas de voler la vedette. Je n’ai rien à rajouter de plus.

Reprise après la star

Il s’agit là d’une tâche très périlleuse. Elle est confié aux meilleurs DJs résidents ou artistes de notoriété régionale. Comprenez qu’après le set de la star (pour laquelle le 70% du public s’est déplacé), la salle va se vider. Le show des professionnels est calculé pour eclipser tous les autres. Il dégage tellement d’énergie, qu’après 1h30 à 2h00 de tabassage, la foule sature et a besoin de repos. Quand vous reprendrez les platines après le carnage, la foule va le noter et vous évaluer en l’espace de 2 tracks. Vous n’aurez alors que très peu de temps pour les convaincre de rester. Comment faire ?

  1. Premièrement, les règles du chapitre précédent « Reprise avant la star » restent valables. Seule différence mineure : votre intro doit être parfaite
  2. Vous aurez approximativement 3 minutes pour rafraichir l’ambiance et convaincre les gens de rester. Utilisez le principe du contraste. Le DJ a trop tabassé ? redescendez dans un autre style. Il arrive (rarement) que son set soit trop mou, dans ce cas : envoyez la patate.
  3. Préparez une intro originale. Vous devez certes faire baissez l’énergie mais surtout pas trop ! L’idée c’est de communiquer aux gens : je prend mon élan pour vous en mettre plein les dents. L’intro doit donner aux gens l’impression qu’il va se passer quelque chose. Je vous donne en exemple l’intro de mon podcast : Progressive is Massive #005 (voir ci-dessous). On sent bien l’originalité, c’est très calme et pourtant intrigant. On démarre gentiment avec un sentiment de nouveauté. Mon intro vous donne envi d’écouter mon podcast ? C’est là le but de l’intro.
  4. Ne tardez pas trop avant d’enchainer la 2ème track. Car il va falloir garder un rythme soutenu. A ce stade, vous devez savoir exactement ce que veulent les gens. Pour ça, observez le déroulement de la soirée. Ecoutez les critiques de vos amis et allez savourez le son sur le dancefloor. Arrivé devant les platines vous pourrez répondre à la question : que veulent les gens ? (pour plus d’infos, encore une fois, reportez vous à la formation : DANCELOOR’S RULES)
  5. Vous pouvez également marquer un silence complet et prendre le micro pour redonner le boost à la foule : « Héééééé, quelle puissance ce soir ! …. This is Steve Angello ! Rien que pour vous ! … Est-ce que vous en voulez encore ? … (cri déchainé du public) Allez vous recouchez, vous avez veillez tard… Faites un max de bruit pour Steve Angello… (cri hystérique)…. Est-ce que vous êtes prêt ? » et vous envoyez votre intro. Notez le contraste que je fais avec la phrase : « il faut allez vous coucher ». Cette phrase est doublement efficace car : 1. les gens détestent qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire et feront précisément l’inverse consciemment ou non. 2. Vous montrez votre assurance en n’ayant pas peur de voir les gens rentrer chez eux.

Progressive Is Massive (005) by Damian Rocks on Mixcloud

Fin de votre set

En fin de chaque set, faite en sorte d’envoyer une track simple à mixer. Celle-ci doit rejoindre le style du DJ qui reprend derrière vous. Pensez bien à baisser d’un ou deux cran le niveau d’énergie.

Dès que celui-ci arrive à la régie, soyez poli et amical. S’il se montre inconvenant dites lui simplement que vous finissez votre set et que vous lui faites signe en temps voulu.

Respectez votre tranche horaire. Ne débordez pas ou ne finissez pas trop tôt. Soyez à l’heure.

Le mot de la fin

Je ne pensais pas avoir à dire autant dans cet article. Donc pour résumer : gardez à l’esprit une notion de collaboration. Vous devez vous efforcer de visualiser la soirée dans son ensemble. Vous devez savoir qui va jouer quoi et quand. Cela vous permettra d’avoir beaucoup plus d’impact sur le public en étant plus cohérent. Vous saurez où vous êtes et quoi faire à quel moment.

Plein de succès,

Damian Rocks


ABONNE-TOI A MA CHAINE YOUTUBE (je publie plusieurs fois par semaine)
SUIS-MOI SUR FACEBOOK (et pose tes questions)