Introduction

Dans l’article « Initiation au matériel DJ – Vue d’ensemble », j’expliquais dans les grandes lignes l’utilité de chaque élément dans le processus du signal sonore vers le soundsystem. Dans cet article, nous allons voir en détail les fonctionnalités générales d’une table de mixage.

Ceci est la suite logique de l’article « Initiation au matériel DJ – Vue d’ensemble ». Si vous débutez dans le milieu, je vous conseille de commencer par le début. Note : la section « effets » n’est pas abordée dans cette formation.

Son fonctionnement

En premier lieu, vous devez savoir qu’une table de mixage ne génère aucun son. En effet, le rôle de celle-ci consiste à combiner plusieurs signaux entrants en un son unique à la sortie. Les tables de mix ne sont pas seulement utilisées par les DJs. Les ingénieurs sons en font régulièrement usage lors de concerts ou en studio d’enregistrement. Cependant, le principe reste le même : combiner plusieurs sources en une seule. Ci-dessous l’exemple d’une DJM900, la référence actuelle en club (à l’heure où j’écris ces lignes).

DJM900-256x300

Les pistes

Pas de panique, malgré les apparences de cockpit d’un Boeing 747, le concept reste relativement simple. Pour reprendre l’exemple de la DJM900, celle-ci est composée de 4 pistes sons. Lorsque l’on branche une source sonore sur une entrée, cette entrée est redirigée vers une des pistes de la table. Le signal audio va parcourir cette piste en passant par plusieurs traitements. Il faut savoir que chaque piste dispose de plusieurs entrées audio. Cependant, une seule entrée peut être activée à la fois. Les 4 pistes de la table sont ensuite mélangées afin de ne former plus qu’un seul signal (master). djm_pistes-208x300
Pour bien comprendre le principe, imaginez que :

  1. Chaque piste est un tuyau.
  2.  L’eau qui traverse ces tuyaux représente le signal sonore.
  3. A chaque tuyau est relié 3 arrivées d’eau (les sources sonores).
  4. Les 3 arrivées d’eau son relié à un « switch » autorisant une entrée d’eau à la fois
  5. L’eau circulant dans le tuyau est filtrée pour la propreté (Eq) et la pression augmentée à l’aide d’un moteur (gain)
  6. Les 4 tuyaux rejoignent le même robinet (master)
  7. La puissance du robinet est réglable (master gain)

Il faut savoir que les tables sont également équipées d’une piste micro. Le fonctionnement est le même à quelques détails près sauf que la source sonore… est un micro.

Le signal à travers une piste

Maintenant que vous saisissez globalement le principe du mixer, voyons en détail le traitement du signal sonore à travers une piste.

Les entrées et les pistes

Comme je l’ai expliqué plus haut, chaque piste est assignée à plusieurs entrées. Dans l’illustration ci-dessous représentant l’arrière de la DJM900, chaque entrée correspond à un branchement de type cinch à l’arrière du mixer. La connectique cinch (RCA) se distingue par ses 2 câbles blanc et rouge (ou noir et rouge). Le câble blanc correspond au canal gauche tandis que le rouge… au canal droit (quel talent de déduction). Vous remarquerez les case blanches nommées respectivement CH1,CH2,CH3,CH4 (CH pour channel, canal ou piste en français).Vous verrez également un autre carré blanc dans le coin inférieur droit appelé « digital ». Il s’agit d’entrées numériques. Chacune des entrées pointent vers les pistes (CH) qui leur sont assignées. Pourquoi plusieurs entrées ? Et c’est quoi une entrée Phono d’abord ?

Les types d’entrées

Phono : il s’agit de l’entrée dédiée aux platines vinyles. Ces dernières ayant un signal extrêmement faible, l’entrée Phono permet de booster celui-ci.

CD/Line : il s’agit de l’entrée dédiée à tous les autres supports. (platines CDs, carte son, iPod, etc.). Cette entrée est analogique.

Digital : il s’agit d’une entrée dédiée aux supports disposant d’une connectique digitale. Cela permet d’éviter une conversion analogique afin de préserver la qualité originale. (voir chapitre sur les connectiques)

 

DJM900_back-1024x355

Le sélecteur

Le sélecteur d’entrée, permet de choisir une des entrées branchées derrière la table de mixage. Les autres entrées sont alors mutées (rendues muettes). Vous vous demandez peut-être ce qu’est l’entrée USB? La DJM est une nouvelle génération de table faisant également office de carte son. Cette technologie est très pratique lors de venues en club avec du matériel informatique (plus d’information dans l’article « sources audio »)

djm_selecteur

Le gain

Le gain est un amplificateur de volume. Il permet de régler le son de chaque piste au même volume. C’est particulièrement utile sachant que chaque musique a un volume différent. Les indications numériques associées (- l’infini à +9) indique la fourchette d’amplification possible. Remarque : sur les tables en Amérique, le gain s’appelle trim.

djm900_gain

Le Vumètre

Le vumètre est l’outil de mesure sonore. Il s’agit des leds vertes/oranges/rouges qui s’affichent sur chaque piste et sur le master. Les couleurs représentent la quantité de saturation appliquée au signal. Une saturation intervient quand l’amplificateur est poussé dans ses limites (qu’il soit dans une table de mixage ou qu’il s’agisse de l’ampli d’un gros système son). La saturation est par définition une altération du signal sonore.

  • La zone verte : aucune saturation, le signal est propre.
  • La zone orange : une saturation analogique a lieu. Sur du matériel professionnel, cette saturation est chaleureuse et vous pouvez donc ajouter un soupçon.
  • La zone rouge : une saturation digitale a lieu. Le signal commence à grésiller, les percussions sont écrêtées (limées) et le son devient horrible. Cette zone est à éviter dans tous les cas.

 

djm900_vumetre

L’équaliseur

Un équaliseur (EQ) permet de couper les différentes fréquences sonores d’un son. De la même manière que vous réglez les basses et aiguës sur votre Hi-Fi, vous pouvez appliquer une équalisation à vos musiques afin de mieux les emboiter entre elles lors de vos mix. djm900_eq
Les équaliseurs sur les tables DJs sont dans 99% des cas des 3 bandes (Low / Middle / High, en français : Bass / Médium / Aigu). A ma connaissance, seule la Allen&Heath Xone:92 dispose d’un EQ 4 bandes, mais ce n’est certainement pas la seule.

Le fader

A la fin de la piste se trouve un fader. Attention, sa fonction est bien différente de celle du gain. Le fader n’amplifie pas le son. Ouvert complètement, il envoie simplement le 100% du volume de la piste sur le master. C’est avec le fader que les mix sont effectués. Donc pour résumer : le gain permet d’ajuster le volume de 2 ou plusieurs pistes, tandis que le fader permet d’ouvrir le son de 0 à 100% sur le master. djm900_fader

Le crossfader

Le crossfader est un outil utilisé principalement pour les cuts (très utile en scratch). Il est beaucoup plus court et plus souple qu’un fader et positionné de façon stratégique. djm900_crossfader
Par défaut, les pistes ne sont pas affectées par le crossfader (THRU). Cependant, il est possible d’assigner chaque piste au côté A ou B du crossfader. Pour ce faire, utilisez le switch en dessous des faders (voir illustration ci-dessus).

Le master

Vous savez désormais comment router les différentes pistes vers le master afin d’envoyer le son directement dans les haut-parleurs de la salle. Vous reconnaitrez également le même vumètre pour le master. Celui-ci obéit évidemment aux mêmes règles. Le bouton « level » est un amplificateur de volume au même titre que le gain d’une piste. La balance permet de répartir le volume sur le canal gauche ou droit. Finalement, le switch Mono/Stéréo permet de fusionner les 2 canaux stéréo gauches/droites en cas de problème (par défaut, laissez-le en stéréo. Le son sera beaucoup plus large et vivant) djm900_master

Le retour cabine (booth)

Les retours permettent d’avoir littéralement « le retour du son de la salle » dans la cabine DJ. Il s’agit d’une copie du signal master. Le bouton « booth monitor » permet simplement d’augmenter ou diminuer le volume de celui-ci. djm900_booth

La pré-écoute au casque

Il s’agit d’un des outils les plus indispensables au DJ afin d’orchestrer ses mix. En activant les boutons cue des pistes respectives, il est possible d’envoyer le signal de celles-ci dans le casque sans pour autant avoir le fader ouvert (et audible dans la salle). Il est également possible d’écouter le signal du master de la même façon. djm900_cue
Pour un confort optimal, il est évidement possible d’augmenter ou diminuer le volume du casque à l’aide du bouton « level » dans l’illustration ci-dessous. djm900_casque
Le potard « Mixing » permet de mélanger les 4 cues des pistes avec le signal du master. Le switch Mono Split/Stéréo permet de séparer dans chaque oreille le signal des pistes et du master. Cette option est particulièrement utile lorsqu’il n’y a pas de retour cabine.

Le mot de la fin

J’espère que, si vous débutez dans le monde du DJing, cet article vous aura éclairé sur les bases de l’utilisation d’une table de mixage. Il est vraiment important de bien comprendre l’ordre dans lequel le signal est traité et utiliser les fonctions de la table à bon escient. Utiliser correctement cet outil est un gage de qualité sonore pour vos événements. Vous retrouverez dans le prochain article les différentes sources sonores et c’est ici que ça se passe : « Initiation au matériel DJ – Les sources sonores».

Musicalement,

Damian Rocks


ABONNE-TOI A MA CHAINE YOUTUBE (je publie plusieurs fois par semaine)
SUIS-MOI SUR FACEBOOK (et pose tes questions)